• philippe-vallat

COVID-19: approche systémique (4)

Dernière mise à jour : févr. 24

Résultats des travaux de cours relatifs à l’approche systémique appliquée à la crise COVID-19, dans le cadre du

Séminaire de recherche « Gestion de projets socio-techniques complexes »; Master en Politique et Management Publics, 23-25 novembre 2020, UNIL/IDHEAP

Arbër Beqa, Lucas Romy, Dr Philippe Vallat


Nous publions ici une série d'articles tirés d'une publication en cours de rédaction.


1 Cadre général

2 Introduction théorique

3 Thème 1 : Crise sanitaire

4 Thème 2 : Vaccination

5 Thème 3 : Société post-covid

6 Thème 4 : Confiance dans les autorités

7 Thème 5 : Indicateurs

8 Synthèse et conclusions

9 Méta-discussion

10 Littérature complémentaire


4 Thème 2 : Vaccination

4.1 Faits

La vaccination est une des solutions pouvant contribuer à endiguer la propagation du virus et/ou de la maladie. Au moment où nous avons effectué notre travail de séminaire, nous attendions le début de la vaccination à la fin 2020. Au moment de l’écriture de ce rapport de séminaire[1], la vaccination a d'ores et déjà débuté en Europe. La situation concernant la vaccination évolue rapidement. Concernant la Suisse, SwissMedic[2] a autorisé le vaccin ARN messager de Pfizer BioNTech le 19 décembre sous le nom de Comirnaty[3]. Les cantons de Genève, Fribourg et du Valais ont commencé leurs campagnes de vaccination le 28 décembre. Tandis qu’au niveau fédéral, la campagne sera de 6 mois minimum avec une volonté de vacciner 6 millions de personnes au rythme souhaité de 70 000 vaccinations par jour. Voici les postulats issus de notre réflexion.


4.2 Postulats

Les recherches, les faits présentés ci-dessus, et l’analyse de ce que l’on sait et ne sait pas, ont conduit à formuler les postulats suivants :


  1. La Suisse ne peut pas mettre en oeuvre la vaccination obligatoire au niveau national (grande validité / grande stabilité)

  2. Il est probable que les vaccins développés actuellement ne seront plus efficaces en cas de mutations du virus (grande validité / grande stabilité)

  3. Les pays les moins riches sont ceux qui auront accès au vaccin en dernier (grande validité / grande stabilité)

  4. Les personnes vulnérables seront vaccinées en premières (validité moyenne / stabilité faible)

  5. Possibilité qu’une partie de la population ne veuille pas se faire vacciner (validité moyenne / moyenne stabilité)

  6. La nouvelle technologie du vaccin (vaccin ARN) peut comporter des risques du fait de sa nouveauté (validité moyenne / stabilité faible).


Ces postulats ont été visualisés et connectés entre eux, dans une démarche associative et visuelle, pour essayer de dégager des pistes, selon le principe de pratiques émergentes. Même si le résultat n’est pas en soi directement exploitable, ce fut une étape utile au groupe pour aller de l’avant dans la réflexion.

Figure 14: Vaccination : représentation associative et visuelle de la problématique


4.3 Description du problème

Nous avons choisi notre variable centrale comme étant l’impact sociétal du vaccin, c'est-à-dire l’ensemble ainsi que l'hétérogénéité des impacts du vaccin sur la société. Nous avons identifié les autres variables du système comme suit:


  1. Obligation vaccinale : Le degré d'obligation du vaccin concernant certaines catégories de la population, prévue par la loi sur les épidémies[4]

  2. Mutation du virus : Par mutation du virus, nous entendons les changements génétiques que peut subir le virus. Cela peut accentuer le pouvoir de transmission du virus et/ou sa résistance contre les anticorps. Si le virus subit une mutation et devient plus virulent, cela aura un impact négatif sur la société.

  3. Priorisation de l’arrivée du vaccin : Par cette variable nous entendons le fait de privilégier le vaccin par rapport aux autres éventuelles méthodes de traitement de prévention comme la distanciation sociale ou un traitement médical.

  4. Opposition à la vaccination : Des secteurs de la population sont réticents à se vacciner par principe.

  5. Incertitude sur les effets secondaires : Certaines personnes peuvent vouloir éviter le vaccin si les effets secondaires sont trop dangereux et/ou importants. Aussi, il existe actuellement un manque d'informations quant aux effets secondaires à proprement parler.

  6. Efficacité scientifique du vaccin : Le vaccin fonctionne pour prévenir l'infection, la maladie et la transmission.

  7. Pertinence de l’arrivée du vaccin : Au sens de la temporalité. Si nous arrivons à produire et distribuer un vaccin qui fait preuve d’efficacité, cela aura un impact positif sur la société, et la population sera moins réticente envers l’utilisation du vaccin, à l’exception des opposants à la vaccination “par principe”.


4.4 Modèle qualitatif

Un premier modèle simple a donné le résultat suivant :

Figure 15: Vaccination : modèle simple

A ce stade, nous avons identifié les boucles suivantes :

  • Boucle de rétroaction positive : plus l'arrivée du vaccin est pertinente, plus il sera priorisé comme solution par rapport à d'autres solutions (ex. traitement). En conséquence, l'impact sociétal du vaccin sera fort.

  • Boucle de compensation (rétroaction négative) : plus l'obligation de se faire vacciner sera forte et plus l'atteinte à la liberté individuelle est importante. En conséquence, l'opposition à la vaccination sera virulente et réduira l'impact sociétal du vaccin.

La matrice d’interactions de Vester a donné le résultat suivant :

Figure 16: Vaccination : matrice d'interactions de Vester


La priorisation de la vaccination est fortement connectée. Elle a un effet catalyseur dans le système, il s’agit d’une caractéristique dominante de ce système.


L’opposition et l’obligation à la vaccination représentent des indicateurs à court terme : ils sont passifs et fortement connectés aux autres variables du système. Cela indique que ces phénomènes sont plutôt des symptômes que des leviers de changement du système, et qu’il ne serait pas pertinent de vouloir les influencer activement (lutte contre les symptômes).


L'incertitude et la pertinence temporelle du vaccin ont un effet neutre dans le système, ces variables influencent peu/pas le système.


Le modèle comporte peu de variables qui soient actives et bien connectées dans le système. Les possibles mutations du virus ont bien sûr un impact négatif sur l’impact sociétal, c’est un paramètre sur lequel il n’est guère possible d’agir. L’efficacité du vaccin semble ici être le seul levier important : une solution à long terme. Il s’agirait donc de réfléchir à quelles autres variables permettraient d’enrichir le modèle et de renforcer l’impact sociétal de la vaccination.


4.5 Conclusion intermédiaire

La vaccination représente un espoir de casser les chaînes de transmission du virus, d’éviter un grand nombre de personnes malades, et donc de retrouver une forme de vie “nouvelle et normale”. Elle pose aussi des interrogations légitimes, comme l’efficacité de ce vaccin, sa priorisation, sa pertinence aux vues des avancées scientifiques, les incertitudes quant aux effets secondaires, l’opposition d’une certaine frange de la population et de son obligation possible par la loi. Nous avons tenté de faire parler les variables choisies entre elles et de décrire qualitativement l’impact sociétal du vaccin vis-à-vis de ces quelques variables choisies. Nos postulats initiaux nous ont permis la formulation des variables et de comprendre leurs impacts dans le système.

La vaccination est actuellement en cours en Suisse. Dès lors, il pourrait être pertinent de poursuivre ce modèle, en ajoutant d’autres variables, non-décrites ici, pouvant être contributives à l’impact recherché. Cela pourrait contribuer à la formulation de politiques publiques efficaces et acceptées, en tenant compte de leur impact sur la société, leurs coûts et bénéfices humains, sociaux, économiques, psychologiques. En particulier, le modèle semble indiquer qu’une grande prudence serait de mise concernant toute pression, légale ou sociale, sur l’obligation vaccinale, car, selon ce modèle, cela pourrait avoir un effet contre-productif.

[1] décembre 2020 à février 2021 [2] L’Institut suisse des produits thérapeutiques. Swissmedic est l’autorité d’autorisation et de contrôle des produits thérapeutiques. Les tâches de Swissmedic reposent sur le droit des produits thérapeutiques. Swissmedic surveille l’ensemble des mesures de sécurité concernant des dispositifs médicaux qui sont commercialisés sur le marché helvétique. Pour plus d’informations, voire https://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home.html [3] https://www.heidi.news/sante/les-dix-questions-que-vous-vous-posez-sur-les-vaccins-covid-19-en-suisse, consulté le 19.12.2020 [4] Art 22, Loi sur les épidémies LEp (Etat le 25 juin 2020) : Vaccinations obligatoires, Les cantons peuvent déclarer obligatoires des vaccinations pour les groupes à risques, pour les personnes particulièrement exposées et pour les personnes exerçant certaines activités, pour autant qu’un danger sérieux soit établi.

66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout